Selon les sondages, le président Barack Obama est dans une course serrée avec challenger Mitt Romney. Mais il peut prendre un peu de réconfort dans le fait qu’il est raclée à son adversaire républicain dans les médias sociaux. (Là encore, nous supposons que le président des États-Unis n’est pas le genre qui avait fait confondre les médias sociaux succès pour le monde réel succès.)
Là encore, ce n’est pas une surprise que M. Obama est en tête. Il a l’avantage d’être le leader du monde libre et ayant cette équipe, tant vantée numérique à partir de 2008. M. Romney, d’autre part, passé la majeure partie de la dernière année dans une école primaire contentieux avec ses rivaux républicains – et convaincre les électeurs républicains réticents qu’il était assez conservateur pour leur nomination.

Ce qui peut être surprenant – et exaspérant pour les médias sociaux gourous partout – est de savoir comment petits candidats et leurs équipes utilisent les médias sociaux pour l’engagement. Comme nous l’avons noté la semaine dernière, le projet du Pew Research Center pour l’excellence en journalisme étude a révélé que les deux campagnes sont le traitement social comme un moyen de diffusion plus qu’autre chose.

Les habitudes sociales des médias de la campagne d’Obama et Romney ne reflètent la réalité, cependant. Les enjeux nationaux et économique dominer la conversation

Publicités