Vous cherchez un business model innovant pour votre future starteupe ? J’ai ce qu’il vous faut, à condition que vous soyez bien sûr blindé de cynisme et pas trop envahi par les scrupules. Un webmaster de Kansas City a eu l’idée originale de s’occuper de la e-réputation de ses concitoyens en la faisant un peu à l’envers : sur son site BlabberMouth, on ne paie pas pour être publié… mais pour être supprimé. Fondé apparemment sur des données publiques, le site – qui est en maintenance au moment où j’écris ceci – diffusait sur sa une les photos ainsi que la fiche d’identité complète de personnes qui avaient eu affaire avec la justice, et sortaient d’une période de détention. Et donc, si les prévenus en question souhaitaient faire supprimer leur fiche, une seule solution : payer. Le site offrait même toute une palette de services, du basique au premium, permettant de faire supprimer son profil plus ou moins rapidement selon la somme versée, jusqu’à 200 dollars pour une suppression immédiate. Poussant la logique marketing jusqu’au bout, Matthew Creed, l’auteur du site, envoyait à ses « victimes » une lettre avec leur photo leur indiquant que le site allait se charger de s’occuper de leur réputation en publiant leur profil, mais également avec une diffusion de flyers dans tout le voisinage. Bon. Là où le truc sent quand même un peu des pieds, c’est que le processus était enclenché pour tous les détenus sans distinction, sans même savoir ni vérifier la validité de leur peine ou même leur éventuelle innocence.

Vous êtes innocent ? Pas de problème, on vous rembourse !

Mais le bon Matthew Creed avait quand même tout prévu, et dans sa grande humanité, avait mis en place une possibilité de remboursement en cas d’erreur judiciaire et de preuve d’innocence. Selon Digital Trends, certains récipiendaires n’ont que moyennement apprécié la démarche, et se sont tournés vers leurs avocats afin que ceux-ci déterminent si le business model de BlabberMouth est légal, et s’il ne s’agit pas tout simplement d’une tentative d’extorsion de fonds. Plus drôle : Matthew Creed, lui-même arrêté en 2010 pour conduite en état d’ivresse, à droit aux honneur d’un autre forum très connu aux USA, tel l’arroseur arrosé. Le site est donc actuellement en maintenance, affichant un interminable blabla d’explications un peu vaseuses. Peut-être que le bon Matthew a reçu récemment la visite de quelques-uns de ses « clients » par très contents de cette publicité gratuite…

 

 

 

 

 

source

Publicités