une tablette plus Nvidia tegra 3 et android 4.0 et un dock clavier qui donne l’aire d’une portable donne naissance a la transormer prime comme meilleur tablette de ce début d’anne hautre gamme une tablette tres fine (8.3) mais plus lourd avec 599 grammes sur la balance, ce qui reste beaucoup mieux que le premier modèle qui faisait 680 grammes. sa forme ne change pas toujours

-10,1″ en 16:10

-ecran IPS protege par une gorilla glass avec une définition 1280 x 800 pixels et multi

-touch jusqu’à 10 points

-le tactile répond au doigt et à l’œil

Sur cette tablette, la connectique est assez variée mais pas aussi complète que sur certains modèles Android concurrents. Il y a donc le connecteur dock utilisé pour relier la tablette au clavier, la connecter en USB à un ordinateur ou la recharger à l’aide du petit bloc d’alimentation sur-prise. Mais aussi une sortie micro-HDMI, un slot pour cartes mémoire micro-SD (histoire de gonfler les 32 ou 64 Go embarqués) et un Jack 3,5 mm pour brancher un casque audio. Les capteurs photo/vidéo sont de 1,2 MP en façade (ça ne bouge pas) et de 8 MP au dos avec ouverture à f/2,4 et flash LED. On regrette forcément l’absence de port USB-Host directement sur la tablette. Certes, cela permet à Asus de proposer un produit très fin, et ne fait que renforcer l’intérêt du dock.

   la Transformer Prime est aussi plus puissante à l’intérieur, grâce à l’intégration du Tegra 3de Nvidia là où la plupart de ses concurrentes sous Android sont encore bloquées au Tegra 2 et a Android 4 qui ne révolutionne pas l’OS mobile de Google mais bénéficie de la puissance du Tegra 3 pour offrir une fluidité et une réactivité qui participent pleinement au confort global d’utilisation. On conserve grâce à lui les petits ajustements réalisés par Asus et déjà disponibles sous Android 3.2 avec cette tablette. Android 4 permettant par exemple de fermer les applications du volet multi-tâches d’un simple glissé de doigts ou d’accéder aux interrupteurs WiFi / Bluetooth directement depuis le panneau de notifications. On note aussi la présence d’une rangée de chiffres sur le clavier virtuel.

Ne reste finalement plus qu’une question à aborder. A qui s’adresse la Transformer Prime avec son dock ? Vu le prix demandé, le choix est forcément difficile sachant que l’on hésitera entre un netbook (moins cher), un portable plus performant à prix équivalent (mais moins autonome et nomade) et que l’on sera peut-être tenté d’ajouter quelques billets pour s’offrir un ultrabook. Bref, avec son dock-clavier, cette tablette se rapproche d’un usage d’ordinateur portable et ce sont eux ses principaux concurrents, avec toutes les qualités et avantages qui sont les leurs, mais ne donnant pas accès à la myriade d’applications mobiles et non tactiles. Car si on met en concurrence cette Transformer Prime uniquement avec les tablettes Android, il n’y a pas photo. A l’heure actuelle, c’est le top.

Publicités